Les enjeux du déconfinement

Depuis le décon­fine­ment, en vigueur depuis le 11 mai dernier, les entre­pris­es doivent s’adapter aux nou­velles mesures san­i­taires imposées par le gou­verne­ment, afin d’endiguer l’épidémie du COVID-19. Mais quelles sont exacte­ment ces mesures ? Voici donc un petit résumé du pro­to­cole nation­al de décon­fine­ment pour les entre­pris­es pour assur­er la san­té et la sécu­rité des salariés, pub­lié par le min­istère du tra­vail le 9 Mai 2020, disponible via ce lien : https://travail-emploi.gouv.fr/actualites/presse/communiques-de-presse/article/protocole-national-de-deconfinement-pour-les-entreprises-pour-assurer-la

            Les entre­pris­es doivent s’adapter au nou­veau pro­to­cole san­i­taire. Notre Junior-Entre­prise, Bre­tagne Con­seil, a favorisé le télé­tra­vail et les réu­nions en lignes. Le pro­to­cole du gou­verne­ment et que nous suiv­ons se divise en 8 parties :

Les mesures bar­rières et la dis­tan­ci­a­tion physique représen­tent la base du décon­fine­ment. Ces mesures doivent donc être appliquées en entre­prise. Nous les rap­pelons donc ici :

  • Se laver les mains régulière­ment au savon ou avec une solu­tion hydro-alcoolique (SHA), et ne s’essuyer les mains qu’avec des papiers/tissus à usage unique.
  • Ne pas se touch­er le vis­age (en par­ti­c­uli­er, le nez et la bouche).
  • Se cou­vrir la bouche ou le nez avec un mou­choir jetable lorsque l’on tou­sse ou éter­nue et le jeter de suite.
  • Se tenir à un mètre de dis­tance des autres, afin d’avoir un espace de 4 (qua­tre) mètres car­rés autour de soi, et ne pas se ser­rer la main ou s’embrasser pour se saluer.
  • Aér­er pen­dant 15 (quinze) min­utes les pièces, toutes les 3 (trois) heures.
  • Dés­in­fecter les sur­faces et les objets touchés régulièrement.
  • Eviter de porter des gants, qui don­nent un sen­ti­ment de pro­tec­tion, les risques de con­t­a­m­i­na­tion avec les gants sont les mêmes, voire supérieurs.
  • Rester chez soi en cas de symp­tômes sem­blables à ceux du COVID-19.
  • Sur­veiller sa tem­péra­ture cor­porelle et les symp­tômes du COVID-19.

 Le min­istère émet des recom­man­da­tions en ter­mes de jauge par espace ouvert. En d’autres ter­mes, le min­istère recom­mande de lim­iter le nom­bre de per­son­nes accep­tées dans les espaces ouverts. Pour cela, le gou­verne­ment a choisi une dis­tan­ci­a­tion « uni­verselle », qui est une zone de 4 mètres car­rés min­i­mum réservée à chaque per­son­ne (cor­re­spon­dant à un mètre de dis­tance entre chaque indi­vidu). S’il y a un risque que cette mesure soit brisée, lors de déplace­ments ou autre, des mesures com­plé­men­taires doivent s’y ajouter, comme le port du masque par exem­ple. La sur­face prise en con­sid­éra­tion par l’employeur est celle sur laque­lle les per­son­nes peu­vent cir­culer. En effet, la sur­face util­isée pour les meubles ou les machines, doit être déduite de la sur­face totale.

L’entreprise se doit de gér­er les flux des per­son­nes au sein de son étab­lisse­ment. Pour cela, elle doit anticiper les péri­odes d’affluence, afin de les réduire, voire de les éviter. Ain­si, elle peut informer la clien­tèle, via son site web, des heures d’affluence à éviter ou de son stock de marchan­dise. Aus­si, elle doit met­tre en place un sens de cir­cu­la­tion afin de flu­id­i­fi­er cette dernière mais aus­si afin d’assurer au max­i­mum la dis­tan­ci­a­tion sociale req­uise. Si néces­saire, l’espace devra donc être adap­té. Tout col­lab­o­ra­teur doit être tenu au courant des nou­velles mesures de cir­cu­la­tion au sein de l’établissement. Une démar­ca­tion au sol sera néces­saire afin d’indiquer les dis­tances de sécu­rité dans les endroits où les files d’attentes sont probables.

De plus, la ges­tion des flux doit pren­dre en compte tous les acteurs de l’entreprise, ce qui com­prend donc égale­ment les clients, les four­nisseurs etc. L’entreprise se doit d’identifier les risques de rup­ture de la dis­tan­ci­a­tion sociale pour chaque opéra­tion, afin de la com­pléter avec des mesures de pro­tec­tion indi­vidu­elles, si néces­saires. Si un tiers vient effectuer un dépan­nage ou autre dans l’établissement, sa zone d’activité devra être définie par des mar­quages (comme des plots, des rubans, des mar­quages au sol…). La prise de ren­dez-vous dans cer­tains ser­vices sera priv­ilégiée, afin d’éviter la créa­tion de files d’attente dans les couloirs.

            Le décon­fine­ment est égale­ment un enjeu économique majeur pour les entre­pris­es. Se dif­féren­cient alors les entre­pris­es qui ont misé sur le mar­ket­ing dig­i­tal et qui peu­vent s’adapter plus facile­ment à la sit­u­a­tion. Le man­ag­er a un rôle impor­tant dans la con­fi­ance et la moti­va­tion trans­mis­es à son équipe. Les entre­pris­es qui pra­ti­quaient déjà le télé­tra­vail ont une longueur d’avance, bien que les autres peu­vent juste­ment expéri­menter ce nou­veau mode de fonc­tion­nement. S’adapter per­met égale­ment d’évoluer, Bre­tagne Con­seil a par exem­ple organ­isé des team build­ings en ligne, per­me­t­tant à tous de rester en con­tact tout en restant à dis­tance et donc en respec­tant les mesures. Ce fut égale­ment une remise en ques­tion de la valeur du tra­vail, qui sem­blait être encore plus exis­ten­tiel qu’avant face aux nom­breuses mesures de chô­mage total ou par­tiel dues à la crise. Cer­tains domaines ont pu tra­vailler en col­lab­o­ra­tion pour vain­cre cette crise, une sol­i­dar­ité entre les entre­pris­es et une rela­tion plus forte entre les col­lab­o­ra­teurs s’est instal­lée. De plus, l’action sol­idaire et l’activité économique sont encore plus liées qu’avant, de nom­breuses actions de bénévolat en interne et en externe ont été effec­tuées depuis le début du con­fine­ment. Bre­tagne Con­seil a par­ticipé, en col­lab­o­ra­tion avec les asso­ci­a­tions de Rennes School of Busi­ness et via une plate­forme de dons, à la mise en place d’un fonds de sou­tien aux soignants du CHU de Rennes, par­ti­c­ulière­ment touchés par cette crise sanitaire.

La sol­i­dar­ité a été une valeur très impor­tante pen­dant le con­fine­ment, qui le reste tout autant pen­dant cette péri­ode de décon­fine­ment. Alors, afin d’accompagner au mieux les entre­pris­es et leurs pro­jets, Bre­tagne Con­seil offre une remise de 15% sur le mon­tant hors tax­es (HT) de toutes les presta­tions pro­posées du 15 mai au 30 sep­tem­bre 2020. Cette offre de relance a pour voca­tion d’accompagner au mieux les entre­pris­es et d’encourager la réus­site des entre­pre­neurs dans les pro­jets qu’ils mènent.

Notre site a subi un piratage informatique et peut avoir des fonctionnalités manquantes. Nous serons ravis de vous informer et répondre à vos demandes par mail à l'adresse contact@bretagne-conseil.fr.Contactez-nous !
+